« Intouchables »… : touché, coulé !

Je suis désolée, mais j’en ai marre d’entendre dire qu’Omar Sy a été remarquable dans son dernier film Intouchables ! Peu créatif et sans surprise, le rôle de Driss décuple sa notoriété mais ne m’a pas séduite…

« Oui, mais vous les Noirs vous n’êtes jamais contents ! »

Il ne suffit pas de mettre un Noir dans une grande production nationale, pour dire que la communauté noire est représentée, mais savoir ce que l’on veut lui faire dire et véhiculer.

Ce que je retiens : Driss est une caillera, un bon vivant, il aime danser – il parvient même à (re)donner de la saveur à l’anniversaire ennuyant, depuis des années de son employeur –; Driss veut remettre son petit « frère » sur le droit chemin. Cependant, Driss est violent : il violente et « victimise » les personnes qui causent du tord à la famille pour laquelle il travaille – automobilistes mal garés, petit-ami sans coeur –  ou encore prône une certaine violence envers les adolescentes trop insolentes…. Mais Driss sait se montrer gentil quand même et est sensible.

Néanmoins, le film Intouchables m’a touchée au cours de certaines scènes bien sûr !

Je ne remets en aucun cas les capacités d’acteur d’Omar Sy : je me permets de critiquer le rôle de Driss, qui se noie dans un torrent de clichés, tous  – probablement –  plus réalistes les uns que les autres, mais que je n’avais pas envie de retrouver dans un film, au cinéma, en novembre 2011…

Pourquoi s’appuyer sur des stéréotypes surfaits pour amuser la galerie ? Comme une impression que le cinéma français a toujours un orteil dans les années folles, lorsqu’un acteur noir joue dans un film… Où est passée l’époque de Sydney Poitier ?

Voici comment j’ai vu Intouchables : peut-être que je n’aurais pas été sensible à tous ces détails si je n’avais pas été noire, et j’aurais ris, Ris, RIS encore et encore à gorge déployée comme l’ensemble de la salle du MK2 Quai de Loire…

Oui, j’ai ris mais très souvent « jaune » , de constater que pour qu’une personne de couleur prenne part à la course au César, elle doit s’enfermer dans un rôle qui lui colle à la peau dans la réalité, et dans l’imaginaire de la majorité…

 


Publicités

6 Commentaires

  1. Belle article, suivi d’une criture aussi pointue que les mots employes.
    J’Adore et ton franc parle me manque.

    Je t’embrasse.

    (Desolee, je n’ai pas d’accentuation sur mon clavier US)

  2. Ping : Qu’est-ce que Dieu a à voir avec ceci? |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :