Makode Lindes et son gâteau performance!

Entre racisme, maladresse ou encore cannibalisme, je souhaite revenir sur la polémique autour du gâteau-performance de l’artiste suédois Makode Lindes.

Lena Adelsohn Liljeroth, actuelle Ministre de la Culture en Suède qui semble joyeuse (avec un public manifestement amusé), sur le point d’offrir une part de gâteau à un Noir qui a prêté sa tête pour l’occasion. Elle a en dessous d’elle, un gâteau sous la forme d’une femme africaine stéréotypée pour la journée mondiale de l’art au Musée d’Art Moderne de Stockholm, le 15 avril 2012. Le gâteau baptisé « Mutilation génitale féminine » était l’oeuvre de l’artiste Makode Linde et était censé nous sensibiliser sur l’excision encore pratiquée couramment dans certains pays d’Afrique. C’est pourquoi d’ailleurs Adelsohn Liljeroth coupe d’abord symboliquement le « clitoris » du gâteau ( …)

Tout d’abord, la question de l’excision ne concerne pas uniquement les pays d’Afrique noire – je le rappelais déjà ici – mais encore pourquoi ne pas repousser les limites de sa performance et choisir un pays concerné par cette question? Autrement dit pourquoi ne pas se confronter à la réalité?

Car je doute que l’enjeu politico-social de son oeuvre  un tant soit peu culinaire « Mutilation génitale féminine » ,  ait été « saisie », à l’abri du Musée d’art moderne de Stockholm. Ce qui explique l’indignation des uns et la stupéfaction des autres – Afrodescendants…

Sur la forme et sur le fond même de l’oeuvre, la représentation de ce corps de femme noire comestible ne contribue qu’une fois de plus à nourrir – dans les deux sens du terme ! – l’imaginaire d’une certaine partie du monde. Un trop large fossé entre la représentation de l’oeuvre et la réalité puis une esthétique burlesque non appropriée piègent Makode Lindes dans sa propre audace artistique.

Cependant, il suffit de s’intéresser d’un peu plus près à son travail pour comprendre que le détournement d’objets, de symboles et la dérision rythment sa créativité.

Ainsi , nous pouvons alors s’interroger: l’artiste contemporain produit pour qui et pourquoi? Pour amuser les professionnels du monde de l’art et autres ministres, pour créer le buzz ou encore pour et seulement pour l’argent?

Virginie Echene.

6 commentaires

  1. c’est spéciale ça provoque chez moi un sentiment d’indignation et d’humiliation,
    la représentation en gâteau du corps de femme me fait penser au film : La Venus noire. Je n’aime pas!

  2. Il arrive que ce qu’on prend pour un acte sans vergogne et sans portée positive le soit plus que prévu. Laissons à l’Art le soin d’être de l’Art et que chacun y trouve son propre sentiment est à la base du visuel artistique. Incompris à Stockholm, il devrai l’être par nous. En dépit du reste, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas vu le mot excision … Au moins pour cela, merci l’Artiste.

  3. Il est aberrant pour moi noir et africain de voir cette forme de mascarade être assimilé à de l’Art ; L’Art est plus subtile que cette forme d’humiliation et de racisme maquillée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s