Expositions au Grand Palais – 1

mapplethorpe_africanlinks_2

  Vue de l’exposition Robert Mapplethorpe Courtesy Galeries Nationales – Grand Palais

Jusqu’au 13 juillet 2014, une exposition rétrospective de l’oeuvre du photographe américain Robert Mapplethorpe se tient dans une des Galeries Nationales du Grand Palais.

Célèbre pour ses Polaroid et ses photographies de nus, Mapplethorpe aborde le corps humain comme une nature morte des temps modernes, renforçant les lignes corporelles à travers l’utilisation du noir et blanc. Compagnon de la chanteuse Patti Smith, leur complicité ponctue son art à travers une pléthore de portraits.

Déjouant les codes esthétiques, le photographe s’appuie sur une modernité hors paire pour offrir au public ses interventions artistiques instrumentales sur des objets floraux.

mapplethorpe_africanlinks_3

  Vue de l’exposition Robert Mapplethorpe Courtesy Galeries Nationales – Grand Palais

 

Le corps noir re-vu par Robert Mapplethorpe

Cependant, le travail de Robert Mapplethorpe a fait l’objet d’une certaine contestation artistique. L’artiste américain  Glenn Ligon s’interroge sur la grande présence de modèles masculins noirs et par rapport à son initiative d’ouvrage « The Black Book », en 1986. Il effectue sa démarche sous le titre de “Notes on the Margin’s of the ‘Black Book’” (1991-1993).


mapplethorpe_africanlinks_5  Vue de l’exposition Robert Mapplethorpe Courtesy Galeries Nationales – Grand Palais

mapplethorpe_africanlinks_6  Vue de l’exposition Robert Mapplethorpe Courtesy Galeries Nationales – Grand Palais


mapplethorpe_africanlinks   Vue de l’exposition Robert Mapplethorpe Courtesy Galeries Nationales – Grand Palais

“Notes on the Margin’s of the ‘Black Book’” est une proposition des plus expérimentales qui établit un étroit dialogue entre les photographies de Robert Mapplethorpe, tirées du Black Book et des écrits d’intellectuels et de journalistes, ayant réagi à ce sujet.

Plongés au coeur d’un débat socio-esthético-artistique, ces clichés en noir et blanc – toujours – relèvent dans le temps d’une prise de position politique à travers les prismes de la photographie et de l’art contemporain. 

Jonglant habilement avec une dichotomie esthétique, Mapplethorpe nous livre un corps noir masculin magnifié et nu de tous préjugés et clichés historiques et de tous complexes. Le corps de l’homme noir malmené et brutalisé dans une Amérique esclavagiste et ségrégationniste, renaît sous l’objectif du photographe new-yorkais, oscillant entre désir, érotisme et un art politisé, dans les années 1980.

En +:

http://www.grandpalais.fr

Texte © et photos Virginie Echene

 

 

 

Publicités

4 Commentaires

  1. Ping : Réflexion-Narration semi-fictive: « Exhibit B » |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :