Quand la création haïtienne s’invite au Grand Palais

titre_haiti © Réunion des musées nationaux-Grand Palais, Paris 2014

 

 Du 19 novembre 2014 au 15 février 2015

Les Galeries nationales du Grand Palais

Porte H

Métro Champs – Elysées Clémenceau

Commissaires de l’exposition : Régine Cuzin et Mireille Pérodin-Jérôme

Les Galeries nationales du Grand Palais proposent l’exposition Haïti, deux siècles de création artistique jusqu’au 15 février 2015.

Qu’est-ce qui fait sens lorsqu’une œuvre de Jean-Michel Basquiat est accrochée à côté de celle d’Hervé Télémaque ? Quel lien unit la création d’hier à celle d’aujourd’hui ?

Le patrimoine artistique et culturel de la Première république noire de l’histoire, indépendante en 1804 est mis à l’honneur, à Paris, pour un événement d’envergure.

En effet, les œuvres de 56 artistes sont exposées pour Haïti, deux siècles de création artistique.

Chaque œuvre reflète un fragment historique, religieux ou politique propre à la « Perle des Antilles » pour constituer un ensemble harmonieux et sans fausse note.

L’exposition est subdivisée en quatre pôles thématiques : Santit Yo / Sans Titres,  Peyizaj Yo / Paysages, Lespri Yo / Esprits et Chèfs Yo / Chefs, qui sont eux-mêmes ponctués par des Tetatet / Tete-A-Tete.

Cette répartition entre plusieurs thèmes invite le visiteur d’explorer différentes perspectives propres à Haïti. L’aspiration des deux commissaires de Haïti, deux siècles de création artistique, est d’offrir une image d’Haïti autre de celle dépeint par les médias de l’information. Il bien vrai que l’Etat voisin de la République Dominicaine a connu de réelles difficultés sur les plans politique, économique et social, depuis son indépendance. En 2013, Haïti était classé parmi les pays dont l’IDH (Indicateur de développement) est faible (avec un IDH estimé à 0,471).

L’histoire d’Haïti est inextricablement liée à celle de la France. Le pôle « Chèfs Yo / Chefs » met en avant des figures politiques et intellectuelles qui ont marqué et joué un rôle majeur dans l’histoire haïtienne. De Jean-Baptiste Du Belley à Léon-Félicité Sonthonax en passant par « Papa et Bébé Doc » – alias François et Jean-Claude Duvalier- les références à ces personnalités de la Repiblik Dayiti, ancrent l’exposition dans une dimension historique.

« Président à vie », François Duvalier et ses « Tontons Macoutes » instaurent un climat de peur en Haïti, de 1957 à 1971. Jean-Claude Duvalier, quatrième président d’Haïti reproduira le même système politique que son père jusqu’en 1986. Corruption, disparitions, violence ponctuent trente années de « dictature Duvalier ».

Pour sa série Shooting Back (2004) l’artiste Sasha Huber utilise une agrafeuse cloueuse, en tant qu’arme métaphorique afin de réaliser les portraits de François et Jean-Claude ont semé un climat de terreur pendant près de 20 ans. Cette arme métaphorique lui permet de riposter symboliquement à travers son geste artistique.

2301001002_230168_shooting Sasha Huber

François « Papa Doc » Duvalier (dictateur

d’Haïti, 1957-1971), série « Shooting Back

(Riposter) » 2004, Agrafes métalliques sur bois de récupération

115 x 180 cm

Paris, collection particulière © Sasha Huber

Le Tetatet / Tete-A-Tete entre Hervé Télémaque et Jean-Michel Basquiat présente un dialogue entre deux artistes haïtiens majeurs.

Jean- Michel Basquiat a fortement marqué sa génération. Il est l’un des pionniers du graffiti new-yorkais, s’érige en tant qu’artiste « underground ».

Entre art brut, art naïf et graffiti, le travail du prodige Basquiat est l’image même d’un métissage qui s’opère dans le domaine de l’art contemporain.

Hervé Télémaque est une grande figure en Haïti. Son parcours d’artiste l’a conduit à sillonner les grandes villes de New-York et Paris.

Dans ce dialogue, Hervé Télémaque apporte à Jean-Michel Basquiat l’expérience d’Haïti dont il n’a pu jouir avant sa disparition. Datant de la même année – 1985 – elles présentent les visions de deux artistes ayant une part d’ « haïtianité » qu’ils choisissent d’exprimer ou pas.  La Terre couchée  tempère la spontanéité du geste de  King of the Zulus  dont les touches de couleurs vives semblent provoquer le mouvement pictural de l’œuvre de Télémaque.

Ce dialogue intergénérationnel symbolique, résonne dans une histoire de l’art contemporain haïtienne parallèle, au cours de laquelle les œuvres de ces grandes figures sont réunies.

 

Capture d’écran 2015-01-07 à 01.23.46

Jean-Michel Basquiat

King of the Zulus, 1984-1985

acrylique sur toile, pastels gras et photocopies sur papiers collés

208 x 173 cm

© Marseille, musée d’Art contemporain / Photo

V.Ecochard / Adagp, Paris, 2014

Capture d’écran 2015-01-07 à 01.24.02 Hervé Télémaque

La Terre couchée, 1985

huile sur toile et tôle récupérée, triptyque

175 x 800 cm

© Paris, musée d’Art moderne / Roger-Viollet

© Adagp, Paris, 2014

Le patrimoine haïtien est fort de syncrétismes religieux et culturels. Cet aspect s’illustre tout au long de l’exposition. Pas de parcours imposé : le visiteur pérégrine à son rythme et à son gré dans les méandres de cette odyssée narrative autour de l’art en Haïti.

Le projet de réunir une pluralité d’artistes est audacieux. En effet, les dimensions multi-générationnelle et historique font la richesse de l’exposition.

La traduction des textes de présentation en créole haïtien trouve tout son sens au cours de cette célébration de la création haïtienne et agit en tant qu’élément de cohésion nationale, et ce même hors frontières. Le pays est rassemblé autour du menhir de l’art.

Haïti, deux siècles de création artistique trouve un écho médiatique avec l’élection de Mikaëlle Jean dernièrement promue à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Le rayonnement culturel d’Haïti sur la scène internationale, persiste et ce, certainement encore, pour les cent prochaines années à venir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s