Focus # 14 : Le dessin de presse de « Charlie Hebdo »

(1) Caricature, nom féminin : (sens 1) Dessin mettant en exergue les défauts physiques d’une personne.                              (sens 2) Imitation grotesque.

(2) Grotesque, adjectif : Ridicule, extravagant.

(3) Satire, nom féminin : Discours écrit ou oral qui se moque de quelque chose, souvent de façon ironique.

 charlie-hebdo-86ef-diaporama Source de l’image : Web, © Charb

Un couple se promène, tenant en laisse une autre personne. Cette personne tenue en laisse est de couleur « marron ». Elle est représentée nue, se déplaçant à quatre pattes, tel un animal domestique.

Une phrase : « La GPA*, c’est 2 parents … et une esclave… »

Face à la bulle qui contient la parole de la personne de couleur marron, qui est à quatre pattes et est tenue en laisse, le couple qui est de couleur « jaune » écarquille les yeux. L’homme et la femme sont consternés et surpris à cette idée d’être les maîtres d’une esclave.

Le sujet marron se définie en tant qu’esclave, tandis que le caricaturiste définit clairement les « deux parents ».

Le rapport de supériorité est marquée premièrement par l’utilisation des couleurs, et deuxièmement par les postures dans lesquelles sont représentés les personnages.

A quatre pattes, ou debout, le rapport entre dominant et dominé est parfaitement explicite.

 

 

Dénonciation d’une aberration morale ? Racisme ?

Cette une du n° 1164 (8 octobre 2014) de Charlie Hebdo dessiné par Charb, est jugée ouvertement négrophobe et raciste sur les réseaux sociaux et fait l’objet d’une vive polémique.

Le dessin de Charb respecte les codes de la caricature. La gestation pour autrui est imagée frisant le ridicule et le grotesque.

Une personne marron ? Pour accentuer le rapport de domination, et illustrer le terme esclave. La relation est vite établie dans les esprits : esclave > Noirs> animal ? > Blancs> domination.

C’est un talent du caricaturiste de se faire comprendre à travers un dessin peu détaillé et une bribe de phrase.

Or, Charlie Hebdo fait de la caricature sa force, et s’inscrit dans une tradition satirique.

Le journal se nourrit des réalités sociale et politique françaises. Entre interprétations et jugements des faits, Charlie Hebdo , en tant que journal d’opinions s’inscrit dans le paysage de la presse en France comme un élément subversif. L’hebdomadaire à l’esthétique digne d’une bande dessinée pour enfants – type Tom Tom & Nana ou encore Les Femmes en Blanc – compte de nombreux fans, des réfractaires et de réels ennemis. C’est cette dualité entre le contenu et la forme, entre les sujets traités et la simplicité de l’esthétique qui renforce la portée satirique.

Les illustrations de Charlie Hebdo se prêtent davantage à l’exercice du dessin de presse qui se veut plus humoristique que la caricature en tant que telle.

Eléments subversifs, ces dessins défraient la chronique, bousculent le quotidien, surfent sur la réalité pour s’inscrire dans la mémoire collective et y enregistrer des faits historiques.

Depuis 2001, le journal satirique a eu plusieurs démêlés judiciaires avec des organisations musulmanes françaises et étrangères, au sujet des histoires des représentations du prophète Mahomet.

Les unes de Charlie Hebdo fonctionnent-t-elles telles un baromètre face à la hausse du nombre de musulmans en France depuis les années 1970 ?

Avant la tragédie du 7 janvier 2015, je ne savais presque rien du journal « Charlie Hebdo ». Presque rien, car je ne me souviens que de cette « une » qui avait tant fait polémique.

* Gestation pour autrui

Suivez african links sur Facebook // Twitter

En +:

Anne Duprat, Histoire de France par la caricature, Editions Larousse, Paris, 1999

(1), (2), (3) : définitions de l’internaute.com

 

Publicités

3 Commentaires

  1. Ton commentaire et la vidéo sont très interessants. Évidemment, un dessin satirique fait sourire plus facilement si l’on n’est pas personnellement touché. ce n’est qu’un dessin, mais son impact est puissant. Plus puissant qu’un long texte que peu prendront la peine de lire.

  2. Ping : Le racisme anti-blanc: une expression présente de la domination euro-centrée | amon-france

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :