Valentine Partner WANTED

Le 14 février, c’est le jour le plus redouté par 90% des célibataires, avec Noël, le Jour de l’an, la fête de la Musique… C’est assez frustrant de voir tout cet amour se propager dans l’atmosphère sans avoir un(e) partenaire avec qui le partager. Combien de « single lady» ou de « single boy » se rueront dans les supermarchés fictifs pour « trouver » l’âme sœur ? Supermarchés où « adopter » ou « se faire adopter » est le mot d’ordre, sans lire auparavant toutes les conditions de vente…

529756_10150682973104010_1171686499_n Source de l’image : Getty Images

Cinquantes nuances de solitude Je voulais revenir à l’occasion de la fête de l’amour sur Fifty Shades of Grey qui est le nouveau blockbuster sorti dans les salles françaises le 11 février dernier. Adapté d’un roman érotique, il dépeint une rencontre passionnée entre une étudiante et un homme d’affaires. Entre solitude et pouvoir, Christian Grey (Jamie Dorman) s’adonne à des pratiques un tant soit peu « étranges » avec ses différentes partenaires. Anastasia Steele (Dakota Johnson), jeune étudiante en littérature, prude, romantique et douce tombe littéralement sous le  charme du jeune entrepreneur de 27 ans. Son tempérament de  businessman le pousse à tout contrôler. Punir et sévir sont les deux extrêmes qui régissent sa « vie amoureuse ». Le rêve d’amour d’Anastasia s’effrite lorsque la question de l’indépendance se pose. Comment se construire en tant que femme dans une relation contrôlée de a à z par un contrat ? Condamnée par ses sentiments, la jeune femme va devoir faire un choix essentiel: être le bourreau ou la victime. Tout est codifié. Récompenses pour de bonnes actions, punitions pour les mauvaises. L’amour serait-il alors un outil socio-économique de codification des rapports homme-femme ? Le désir maitrisé de l’homme d’affaires, rigide, à la tête d’un empire financier, nous renseigne sur le statut de la femme dans la société du 21ème siècle. Cinquante nuances de Grey ne serait-il pas que le conte de fée d’un roi puissant qui ne rêve plus d’amour ? Que l’histoire d’une étudiante fragile et timide qui se retrouve confrontée à l’épreuve d’un amour non partagé ? Qu’une ode édulcorée au féminisme des années 2010? Dans sa tour d’ivoire, entre succès story et domination extrême sur la femme, les faces cachées du businessman ne sont en réalité que les conséquences de ce qu’il a vécu plus jeune. Maltraitance, et adolescence mouvementée seraient les raisons de faire subir ces supplices, à Anastasia qui, par amour accepte tout. La jeune femme souffre doublement : sur le plan sentimental, et physiquement. Christian Grey ne souhaite rien révéler sur lui : tout doit rester secret. La confidentialité de la relation, lui confère une dimension commerciale et écarte tout tournant romanesque.  Moralité ?: Le personnage de Christian Grey nous rappelle les figures de ces hommes puissants qui peuvent tout s’offrir : footballeurs et autres sportifs de haut niveau, entrepreneurs, héritiers… Mais Anastasia, qui est censée représenter la gente féminine, démontre que l’argent n’achète pas encore tout en 2015.  – : Un détail me turlupine. Au début du film, lors de leur première rencontre, pour une interview, la jeune étudiante fait une référence au continent africain : dans une sempiternelle logique de « il faut aider les plus pauvres », elle incrimine Grey d’agir sous une fausse étiquette, concernant ses intentions commerciales en Afrique. J’y vois en tant que jeune femme noire, une volonté de mettre hors de propos la question des femmes non-occidentales. Cette histoire ne concernerait que la femme euro-occidentale blanche. La femme de type caucasien aurait-elle le seul pouvoir de dire non à un homme ? Anastasia incarne-t-elle la figure féminine qui s’affranchit du pouvoir patriarcal à l’heure de la mondialisation? La Saint-Valentin est aussi une occasion de célébrer l’amitié et l’amour familial. Laissons le soin aux agents commerciaux de faire de cette date le point culminant de promotions en tout genre…  

Ma playlist de la Saint-Valentin

Macy Gray – Sweet Baby

Akon – Lonely

Beyoncé – Single Lady

Disiz – La luciole

Olivier N’Goma – Bane

Bailly Spinto – A Nouhoumé

Suivez african links sur Facebook // Twitter

Publicités

Un commentaire

  1. Ping : Je fais mon cinéma # 1 |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :