Playlist #19 : des rappeurs & l’Afrique

Shows_Bisso-na-Bisso02 Source de l’image: Web

1- Bisso Na Bisso – Bisso Na Bisso

C’est le titre qui résonnait depuis toutes nos radios en 1999! Le collectif Bisso Na Bisso (« Entre nous » en Lingala) composé de Passi, Benji, M’Passi, des jumeaux d’Ärsenik ou encore de Mystik entre autres, mettent les ondes françaises à l’heure du Congo, en collaborant avec de grands noms de la musique africaine.  On n’oublie pas non plus le magnifique titre « Tata N’Zambé ».

2- 113 – Tonton du bled

RimK du 113 nous livre en chanson ses préparatifs pour son été qu’il passera dans son pays d’origine, l’Algérie. Sa chanson devient l’hymne d’une génération qui entre son pays d’origine et la France ne fait pas de choix, et construit sa citoyenneté française avec ses atouts culturels.

3 – Sexion d’Assaut – Africain

Tour à tour, les membres de Sexion d’Assaut dépeignent le portrait-type d’un « Africain » qui cherche à s’établir dans un monde globalisé, entre difficultés, stéréotypes et une réelle ambition de s’affirmer en tant qu' »Africain » à part entière: « J’ai pas de crampons, mais je rêve de soulever la coupe ».

4 –  Mokobé et Booba – Maman dort

Les rappeurs Booba et Mokobé signent ce remarquable titre en hommage au continent africain. Avec ses albums Mon Afrique (2007) et Africa Forever (2011), Mokobé démontre un réel engagement pour l’Afrique, qui ne s’arrête pas qu’à la musique. On lui en voudra toujours quand même pour ses titres « Beyonce Coulibali » ou « Rihannon » (!!!!!!!)

5 – Kaaris – Paradis ou Enfer

Le rappeur ivoirien retourne sur sa terre natale pour tourner son clip « Paradis ou Enfer ». Cela m’avait déjà inspiré quelques pensées sur african links > ICI

6 – Ghetto Diplomats et Jacky – Discrimination positive

Messages de fierté et bribes d’histoire, les Ghetto Diplomats et Jacky nous délivrent une négritude affirmée et remise à jour.

7 – Arrested Developpement – Everyday People

Non pas la série, mais le groupe qui dans les années 1990 apporte un nouveau souffle sur l’industrie musicale afro-américaine. Pas de baggys qui tombent, pas de pistolets ou de paroles qui prônent une « gangsta life », mais tout un univers qui s’appuie sur une « Afrique » lointaine, dont les sonorités bercent les paroles de groupe de hip-hop alternatif.

8 – Kendrick Lamar – The Blacker The Berry 

C’est LA bombe du nouvel album « To Pimp a Butterfly » du rappeur de Compton. Kendrick Lamar est « African-American » ! Il le scande haut et fort entre faits de société et son ressenti sur l’actualité américaine. The blacker the berry, the sweeter the juice* , mais ses paroles sont acides à l’oreille et nous restent gravées dans la mémoire comme celles de Strange Fruits interprétée par Billie Holiday,dans les années 1940.

* traduction: Plus noire est la baie, plus sucré est le jus

Suivez african links sur Facebook // Twitter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :