DOOKOOM martèle le mythe sud-africain

Retour à mes années lycée durant lesquelles « Shop Suey » de System of Dawn résonnait inlassablement entre les murs de ma chambre. C’est cette même énergie que je suis ravie de retrouver chez Dookoom.

NO! Cover HiRes

Mais qui sont-ils ? Les premiers éléments de réponse dans ce sujet réalisé par Tracks.

Groupe de rap Afro-Punk, Dookoom dénonce les inégalités sociales, les failles et oublis de l’histoire sud-africaine, ainsi que les blessures laissées par la suprématie, le colonialisme et l’oppression historique des peuples noirs.

Mon morceau préféré de leur nouvel album NO ! sorti le 4 mars dernier est I Love You avec cette tension sonore électrisante sur laquelle les paroles s’assemblent et oscillent pour faire référence à l’amour.

Quand la tendance est aux tubes « PSquariens » (influence du duo gémellaire anglo-nigérian PSquare), Dookoom démontre que la scène musicale du continent africain n’est pas homogène.

Capture d’écran 2016-03-18 à 13.00.12 © Dookoom via Youtube

Symbiose intrigante du rap, du punk et de l’alternatif, la musique de Dookoom délivre des messages contestataires politico-sociaux fondées et acerbes. C’est d’ailleurs ce qui me fascine le plus : cette capacité des membres du groupe à critiquer leur environnement direct sans complexe ni langue de bois. Avoir peur de crier haut et fort que Nelson Mandela a pu décevoir et est peut être mal-aimé de certains Sud-Africains ? NO !

Dookoom brise le mythe selon lequel l’Afrique du Sud serait devenue une terre de paix depuis la fin de l’Apartheid en 1994. Or, les grandes violences xénophobes qui ont secoué le pays en 2015, nous rappellent que les plaies restent béantes et que les maux sont loin d’avoir été guéris.

Dookoom se fait porte-parole d’une société sud-africaine désabusée qui ne croit plus en  l’idéal édulcoré d’une « nation arc-en-ciel » et revient avec une colère difficilement maîtrisée, sur les faits de cette histoire douloureuse.

En intitulant son nouvel opus NO !, le groupe de rap Afro-Punk renoue avec la signification de son nom (« à savoir le monstre qui hante les villages, en langue Zouloue ») et plane sur l’Afrique du Sud pour en montrer, sans tabou, son côté obscur au reste du monde.

Néanmoins, à leur détriment, ils restent la parfaite illustration d’une partie de cet arc-en-ciel qui s’affaisse avec le temps, réunissant Noirs et Blancs au sein d’un même groupe musical, et avec un véritable désir de décrire cette « colère Noire » qui demeure encore…

 

En + : 

Si vous êtes du côté de Paris, Dookoom sera sur la scène du Petit Bain (75013)  le mercredi 23 mars prochain.

Les autres dates en France:

19/03/2016 – Le Fil | St-Etienne (42)

22/03/2016 – Cave aux Poêtes | Roubaix (59)

24/03/2016 – Les Trinitaires | Metz (57)

25/03/2016 – Electron Festival | Geneve (CH)

26/03/2016 – Cabaret Aléatoire | Marseille (13)

27/03/2016 – Les Z’Eclectiques | Cholet (49)

30/03/2016 – Pelpass Event | Strasbourg (67)

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire

  1. Ping : DOOKOOM martèle le mythe sud-africain | ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :