Je fais mon cinéma #5

 Quelques suggestions de films à regarder en cette période estivale !

1.« Bienvenue à Marly Gomont » de Julien Rambaldi, 2016, 1h36. Avec Marc Zinga, Aïssa Maïga…

 « Bienvenue à Marly Gomont » retrace l’histoire d’un jeune médecin originaire de Kinshasa qui tente de faire ses premiers pas professionnels dans un petit village français.
En partie biographique, le film reprend des éléments propres à l’enfance et aux aventures du rappeur et humoriste Kamini dans l’Aisne. En 2006, il se fait connaître du grand public avec le titre « Marly-Gomont ».

Marc Zinga dans le rôle de Seyolo Zantoko, est impressionnant et le rythme de la narration se brode autour de son jeu.
Racisme, tolérance et leçons de vie ponctuent ce film touchant qui apporte un souffle d’air frais dans le contexte socio-politique en France.

2. «Chocolat » de Roschdy Zem, 2015, 1h50. Avec Oma Sy, James Thiérée…

 Omar Sy, Chocolat de Roschdy Zem.

J’ai enfin vu Chocolat durant un vol Paris-New York. J’ai pu y (re)découvrir un Omar Sy sensible avec jeu d’une justesse majestueuse. Ce rôle lui colle à la peau et est à l’image de sa carrière. Aux côtés de James Thiérrée dans le rôle de Foottit, le binôme lance des ricochets dans la réalité, faisant référence à son acolyte Frédéric Testot.

Tout au long du film, le personnage de Chocolat prend de plus en plus de liberté. Des scènes puissantes et saisissantes impactent directement sur le contexte social français d’aujourd’hui. Notamment, l’arrivée en prison de Chocolat, qui prend conscience de sa condition d’homme noir, repoussé dans ses retranchements par la figure de Victor, l’Haïtien, son codétenu -interprété par Alex Descas- ; ou encore lorsqu’il visite un zoo humain.
Être accepté autrement qu’en étant un clown, devenir une personnalité publique à part entière : tel est le combat de Chocolat, de son vrai nom Rafael Padilla.

Du petit au grand écran du cinéma, « Chocolat » confronte Omar Sy à sa propre carrière d’humoriste et d’acteur ; et nous plongeons dans cette mise en abîme spectaculaire de deux portraits croisés, de deux parcours de vie.

Rafael Padilla ou encore Joséphine Baker, incarnent également ces étoiles filantes qui ont éclairé l’histoire de leurs noms, de leurs combats personnels pour s’affirmer en tant que personnalités noires, sur un fond de chocolat qui a terni leurs rêves et de peaux de bananes qui ont laissé glisser leurs ambitions les plus secrètes.

Ailleurs sur le Web : Lire l’article de Claire Nini sur Chocolat 

 

3. Peggy Guggenheim : Art Addict, de Lisa Immordino Vreeland 2015, 1h37.

Le film retrace la vie et le parcours de la « Anna Wintour de l’art moderne », mais également son intérêt pour l’art.
Peggy Guggenheim (1898-1979) a mis la lumière sur des artistes devenus des références dans l’histoire de l’art euro-américain, tel que Jackson Pollock, Max Ernst ou encore Mark Rothko.

L’œil averti et avant-gardiste, elle impose ses choix au monde de l’art de l’après-guerre. Sa vie personnelle est intimement liée à ses choix professionnels.
Peggy Guggenheim : un nom, une passion pour l’art, un musée à Venise.
Pour tous les passionnés d’art, ce documentaire est à voir !

Publicités

4 Commentaires

  1. Ping : On l’appelait Chocolat, sur les traces d’un artiste sans nom | Claire Nini

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :