Collection particulière : Quand les effigies politiques s’impriment sur le wax.

© Collection Bernard Collet

Défilé des « Pagne de campagne » : d’un intérêt à une collection particulière.

Exposés à la Maison de l’Afrique en 2015 pour l’exposition Pagne de campagne, géopolitique d’un tissu mondial (3), les pagnes politiques de Bernard Collet font l’objet d’une collection pas comme les autres. Trouvés principalement en Afrique de l’ouest, ce sont près de véritables 500 pièces qui la composent qui racontent à leur manière un pan de l’histoire.

Véritable outil marketing lors des campagnes électorales, signe de popularité ou amitiés diplomatiques entre deux pays, le pagne politique est un objet qui a éveillé la curiosité du collectionneur de manière assez anodine: « Cela remonte à quelques années lorsque je me rendais pour la première fois en Afrique, à Libreville en 1970, dans le cadre d’une visite familial. Je me souviens d’une vieille femme courbée marcher dans la rue : elle était habillée d’un pagne imprimé d’une photographie de Charles De Gaulle et de Léon Mba, qui a été le premier président du Gabon (3). Le souvenir de cette femme qui marchait un peu en claudiquant est resté gravé dans ma mémoire jusqu’à présent. »

Une fois rentré en France, l’intérêt de Bernard Collet pour ces pagnes politiques s’intensifie. Il a élaboré et construit sa collection, au fil des rencontres et au prix de sa curiosité sans mesure: « A chaque fois qu’un président français se rendait en Afrique, il était reçu par le président du pays concerné, et l’on pouvait voir des femmes qui dansaient avec des pagnes : je trouvais cela particulièrement charmant. Ces images me restaient en tête. Et puis un jour, je prends connaissance d’une exposition au Marché Saint-Germain sur le thème des pagnes politiques ; il y avait une vingtaine de pagnes qui étaient vendus très cher.

Cela fait longtemps que je portais un grand intérêt à ces pagnes, mais sans concrétiser quoi que ce soit. Je me suis donc rendu dans le quartier parisien de Château Rouge et ai fait toutes les boutiques. J’ai fini par rencontre un marchand libanais qui m’a promis de trouver des pagnes politiques. Il a fini par me proposer quelques pagnes religieux, que j’ai d’ailleurs achetés. »

En +:

Extrait d’une contribution pour la revue Something We Africans Got 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :