Quand Wiley rencontre David au Château de Malmaison

Non ce n’est pas le titre d’un nouveau film au cinéma. Quoique cela pourrait être le sujet d’un documentaire sur une oeuvre majeure de l’histoire de l’art français, qui rencontre son interprétation contemporaine américaine. Car c’est bien le sujet de l’exposition Wiley Rencontre David au Château de Malmaison.

Vernissage de l’exposition Wiley Meets David ©E-Soulat

L’art contemporain au service de l’histoire de l’art.


C’est la rencontre entre deux époques, deux espaces temps, deux temporalités, deux continents, deux artistes, deux visions du pouvoir…
L’un est français, et a vécu dans le Paris du 18ème siècle ; et l’autre américain, est né en 1977 à Los Angeles.

Quels sont les points d’ancrage, la connexion entre Kehinde Wiley et Jacques-Louis David?

1 / Casser avec la tradition picturale

Jacques-Louis David (1748-1825) brise avec la tradition du Rococo qui illustrait l’art de vivre de l’aristocratie du 18ème siècle. Avec la fin de la royauté, David se montre l’ambassadeur du néo-classicisme qui embrasse la modernité de l’Empire de Napoléon.
L’artiste américain a la volonté de placer le corps noir dans l’Histoire et par extension dans l’histoire de l’art. Il casse les stéréotypes, réécrit une autre narration et entre avec fracas sur le marché de l’art international.
Les deux peintres ont su imposer un style et une vision à travers leurs oeuvres. D’autres artistes s’emparent du discours de Wiley à l’instar d’Harmonia Rosales qui revisite les classiques de l’art; tout comme David a inspiré ses élèves dont Girodet et Antoine-Jean Gros.

2/ La proximité avec le pouvoir

Ils ont tous deux fait le portrait d’un homme politique. Jacques- Louis David est célèbre pour ses oeuvres qui ont documenté le règne de Napoléon Ier comme Le Sacre de Napoléon Ier (1805-1807) ou Le Distribution des Aigles (1810) entre autres. Conseiller artistique puis « Premier peintre » de l’Empereur, il admire Napoléon en qui il voit son héros.

En 2018, le portrait du 44ème président des Etats-Unis d’Amérique, Barack Obama est révélé au grand public. Wiley dépeint le 1er président noir américain dans une posture non conventionnelle, humaine avec un soupçon pop, marque de son art.

3/ Ils ont peint le « même tableau ».

Enfin pas vraiment… Mais Kehinde Wiley revisite, le tableau de Jacques-Louis David représentant Napoléon. L’oeuvre de David intitulée Le Premier Consul Franchissant les Alples au col du Grand-Saint-Bernard date de 1800; tandis que Napoleon leading the Army over the Alps de Wiley date de 2005. Près de deux siècles séparent les deux oeuvres, et les deux artistes, cependant cette mise en abîme fait échos avec des problématiques contemporaines.

blog d'art africainKehinde Wiley, Napoleon leading the Army over the Alps, 2005 ©E-Soulat

Jacques-Louis David , Le Premier Consul Franchissant les Alples au col du Grand-Saint-Bernard  (1800) ©E-Soulat

Le corps noir est majestueux dans l’oeuvre de Kehinde Wiley: il lui rend hommage et le célèbre, à l’image de l’ensemble de sa démarche artistique. Les titres s’entrechoquent! Alors que Napoléon est absent dans le nom de l’oeuvre de David, il s’affirme chez Wiley qui élève, un jeune homme noir, inconnu, au haut rang du pouvoir.

En +:

 « Kehinde Wiley renontre Jacques-Louis David » jusqu’au 6 janvier 2020 au Château de Malmaison.

https://musees-nationaux-malmaison.fr/chateau-malmaison/

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s