une peinture d'une femme noire qui lit un livre

FOCUS ON « FOR MY SISTERS » by NII NORTEY HAMID

Nii Nortey Hamid, Readiness, 2020

Ce regard fier qui défie le nôtre. Entre une arrogance vitale et un charisme hors pair, le portrait de cette jeune femme noire interpelle, interroge.
Ces fleurs qui nous rappellent facilement le mouvement libertaire Hippie des années 1960 contrastent avec cette peau noire, sur lesquelles pèsent stéréotypes, clichés, et autres idées reçues… La frivolité florale s’oppose à cette pesanteur mélanique. D’ailleurs le peintre apporte une précision esthétique sur l’aspect de la peau.
Tel un champ de bataille, les hachures et les traits apparaissent comme les marques socio-historiques d’une communauté et d’une génération. Sur ces lignes qui s’entrecroisent, se superposent ou se font face, des blessures communes s’écrivent sans complexes. Ces brimades sociales, ces offenses liées aux stéréotypes sur les femmes noires, s’écrivent aux yeux de tous: en noir sur une peau noire.

DE L’IMPORTANCE DE LA REPRENSENTATION DES FEMMES NOIRES DANS LA PEINTURE CONTEMPORAINE.

A travers la série « For my sisters », l’artiste Nii Nortey Hamid dépeint une ode universelle à la femme noire. Du continent africain où il vit et travaille, Hamid parle au monde: ces portraits de femmes noires font échos à l’Europe, aux Amériques, aux Caraïbes. Comme un témoin de la condition féminine noire, l’artiste ghanéen rend hommage et célèbre avec une justesse esthétique « ses soeurs » travers le monde. Selon les portraits, les coiffures changent, les tresses se font et se défont, les lignes des morphologies bougent, les motifs fleurissent, les graphismes deviennent abstraits… La femme noire est tout simplement plurielle! C’est ce que Nii Nortey Hamid s’attache à démontrer à la face du monde actuel, aux médias, au public.

Ces arrêts sur images picturaux empruntent des codes esthétiques actuels. Les couleurs « pop » et vives se marient à des graphismes ayant un fort impact visuel, tels que les imprimés des tissus en Wax. La peinture acrylique apporte une épaisseur, une densité qui permet d’ancrer les aplats de couleurs avec intensité dans la composition.

Ces visages, ces femmes, ces regards transmettent des émotions palpables, et un sentiment réaliste de fraternité et de sororité. Hamid souligne l’absence de représentation valorisante des femmes noires dans l’histoire de la peinture contemporaine avec cette série « For my sister ». Et par la même occasion, érige des visages anonymes au rang d’icônes universelles.
Comme figés dans le temps et une histoire de l’art qui s’écrit depuis l’Afrique de l’ouest, ces différentes portraits de femmes noires interrogent le monde de l’art et son histoire, ainsi que nos société, à travers le pinceau d’un artiste noir, africain et ghanéen: Nii Nortey Hamid.

Nii Nortey Hamid, Financial Independence, 2020

En +:
Instagram : @hnortey
https://afrikartghana.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s