Focus Oeuvre : L’Essentiel est invisible pour les yeux! (2014) d’Ishola Akpo

© Ishola Akpo, L’Essentiel est invisible pour les yeux! (2014) 

Elle est là, fière.

Fière de son amour passé, fière de son engagement, fière de ses valeurs.
Une passion s’est écrite sur les lignes de ses rides; la flamme reste vive et scintille encore à travers la prunelle de ses yeux.

Des perles, de la vaisselle, des étoffes, des bouteilles d’alcool… L’ensemble de ces objets contenus dans une cantine en bois fabriquée par le futur époux, marque un amour à jamais gravé dans le temps.

© Ishola Akpo, L’Essentiel est invisible pour les yeux! (2014)

Ishola Akpo a documenté les cadeaux reçus par sa grand-mère lors de sa dot. Ces biens qu’elle a conservés se sont cristallisé autour de ses souvenirs, son identité d’épouse pour raconter des bribes de sa vie de femme.

La démarche de l’artiste est à la frontière du documentaire photographique et de l’art contemporain. En effet, il met l’accent sur cette tradition de la dot qui perdure aujourd’hui dans certaines régions du monde. Cette étape réalisée en amont de l’institution du mariage, est vue comme un rite qui implique les deux familles des mariés qui acceptent et accompagnent avec bienveillance cette union. A travers ces biens offerts, c’est la vie des futurs époux qui se construit et débute.

Comment Ishola Akpo a t-il réfléchi et conçu ce travail? Comment sa grand-mère a-t-elle appréhendé le travail de son petit-fils? Les liens familiaux et intergénérationnels se tissent à nouveau et s’étirent pour raconter d’autres récits, aux yeux de tous cette fois-ci! Car cette histoire privée qu’Ishola Akpo dépeint sous son objectif, s’inscrit dans une dimension globale pour résonner avec habileté et minutie dans l’imaginaire collectif. La dot a un historique à travers de le monde, bien qu’elle soit interdite dans certains pays comme en Côte d’Ivoire* ou au Burkina Faso **; dans d’autres régions, la dot est une cérémonie reconnue qui valide une union, en République Démocratique du Congo ou en Guinée, et est mentionnée dans les codes civils nationaux.

 © Ishola Akpo, L’Essentiel est invisible pour les yeux! (2014) 

 

Elle est là, fière.

Elle s’appelle Dossi. Et elle a aimé, et elle a été aimée… Ces objets qui ont résisté au temps, témoignent de cet amour.

 

*art. 20 de la loi d’octobre 1964

** art. 244 du code des personnes et de la famille

Source : article Dot en Afrique : mariés à tout prix !

 

En + :
http://www.isholaakpo.com/

L’Essentiel est invisible pour les yeux! (2014) est une série photographique de l’artiste Ishola Akpo présentée actuellement au Weltkulturen Museum de Frankfurt pour l’exposition ‘Grey is The New Pink’. (25 Octobre 2018 – 1er Septembre 2019)

Ishola Akpo Vit et travaille à Cotonou, Bénin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s