Découverte: la chanteuse Siêm dévoile sa douce Folk Nomade et son Premier EP #BlackSheepColorist (part.2)

Je suis ravie aujourd’hui de partager cet article sur le Premier EP de Siêm Folknomade. C’est pour ce type de rencontre que je conserve africanlinks.net et que j’ai lancé la Nooru Box. Ce type de rencontre permise par des personnes intermédiaires – ici Lisa d’ Afroshoot – et qui apporte une belle lumière sur les ambitions à venir…

Pour cet article en deux parties, Siêm Folknomade m’a demandé de lui donner un mot suivi de quelques explications, pour chacun des titres de l’EP #BlackSheepColorist. Ainsi, j’ai livré 4 mots sur lesquels Siêm Folknomade a rebondi pour mieux se livrer.

 © Siêm Folknomade

Siêm Folknomade : Et Même Si . Parfois l’âme est maîtresse du coeur. Parfois le coeur est la contrariété de l’âme. Ici je parle du coeur qui se refuse à soi, qui te refuse la liberté d’Aimer, qui met tellement d’obstacles entre ton âme et ton corps par la peur d être blessé, d’être aimé; par la crainte de ne pas savoir aimer, par la fuite du bonheur, par la solitude des rêves, par l’audace de la vie, enfin par sa fin absolue. Lutter contre son coeur pour atteindre, son coeur. Le rendre docile à ton âme et à ton envie de vivre, d’être vulnérable. Et Même Si il fallait [ se ] risquer. Un jour il le faudra… Bienheureux sera ce jour: je le sais! En attendant je me cache de mon coeur, sous un autre coeur. Son coeur à lui. J’ai imagé musicalement la fuite de mon [ organe ] coeur par une fantasia, cette course de chevaux, qui dans le chaos ne fait plus que résonner un seul galop.

On ne sait si ce dernier cheval est comme cette dernière odalisque, ou s’il est ce premier et beau cavalier. Ce que je sais, c’est que lui importait peu la victoire. Peut être s’est-il enfui, à son tour, le coeur aux joues.

Lire : Découverte: la chanteuse Siêm dévoile sa douce Folk Nomade et son nouvel EP #BlackSheepColorist (part.1)

Virginie: Je pense à  une « Ecorce » pour Ken Ya Ma Ken, dans le sens d’une matière dure, qui protège un trésor, une denrée rare…

Siêm Folknomade: Ken Ya Ma Ken littéralement, Il était une fois, en arabe, est une chanson fleur, tout aussi éphémère, et j’aime à le penser, que l’on oublie aussitôt, comme un time lapse avec toute la langueur de la tendresse. Ces blessures de l’écorce, qui font la sève, sa rareté et dont on cueille les grenades rubis à toutes les saisons; et toutes ces saisons encore, après tous les printemps d’hivers d’une vie. Le low fi (1) final exprime très bien ce qu’il se joue dans ce jardin des saisons, comme ce rêve lointain qu’est la vie, au delà de toute certitude. « Ecorce », ton mot, « dans le sens d’une matière dure qui protège un trésor, une denrée rare. » A l’écoute au casque, ce titre révèle les battements d’un coeur en immersion ; la pulsation du temps. La promesse de tes yeux, lue sur ta bouche. Une fois a suffi. Je ne rêve plus. Ni de tes soleils imparfaits. Ni de tes lunes divines.

Virginie: Pour Ink Me, c’est « Indigo » comme un océan profond. J’y vois un navire qui lutte contre les vents avant une accalmie.

Siêm Folknomade: Ta touche coloriste me plaît beaucoup, Virginie!  J’aime la répétition en écriture ; une loop (*boucle)  derviche, un éternel; une chance de plus, où à chaque lecture musicale un nouveau mot se dévoile sous l’impulse d’un nouveau maqâm (2) littéraire. Une respiration profonde avant chaque nouveau souffle. La beauté des silences.

La chanson Ink Me m’est venue d’une pensée qui m’a marquée et résonne beaucoup en moi, celle que je n’ai de possession qu’à peine mon nom. Comme un indélébile tatouage « Ink Me on the beauty .. on your breathing .. my Joy rest in peace. » (3) pour apaiser son âme et dire à sa Joie d’être enfin en Paix, non dans le sens de se quitter à jamais. Faire sa Paix et aimer à la tendresse son âme de toujours. Sa verticalité réside où l’âme vogue à ses âmes coloristes, le coeur toujours à l’en_vie. Ink Me est à l’Indigo, coloriste d’un Yolo [ You only live once / On ne vit qu’une fois ] du rien et du tout à la fois, ce .. Nulle part en ailleurs.

Siêm et Virginie

(1) Expression apparue à la fin des années 1980 aux États-Unis pour désigner certains groupes ou musiciens underground adoptant des méthodes d’enregistrement primitives pour produire un son « sale », volontairement opposé aux sonorités jugées aseptisées de certaines musiques populaires

(2) maqâm : Un système musical général et ses applications particulières. Le mot maqâm signifiait le lieu où se jouait la musique ; par la suite, il désigna la modalité au Machrek.

(3) « Encre moi sur la beauté .. sur ta respiration .. ma joie repose en paix. »

 

Pour écouter  #BlackSheepColorist  :
 Pochette de l EP ©Amir Alizadeh, Teheran, Iran.

En +:

https://about.me/siemfolknomade

EP #BlackSheepColorist en numérique et CD physique sur Bandcamp ici

Gratitude à Christophe Isselee & Fred aka Labo Klandestino, à la sublimination ^ coloriste de ce Premier EP & à mes précieux Guests pour leur présence.
Infini Merci Virginie & african links ! – Siêm Folknomade

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s